Le e-commerce français, un secteur toujours en croissance en 2017 !

Les chiffres sont tombés : les Français ont battu un nouveau record d’achats en ligne l’année passée selon la FEVAD. L’heure pour nous de dresser le bilan 2017 du e-commerce français.


365 jours riches en e-commerce

5_chiffres_cles_ecommerce_france.png

Avec une croissance de 14,3 % en 2017, le e-commerce n’est pas le secteur le plus à plaindre en France. Lors de la conférence de presse pour l’annonce des résultats, Marc Lolivier, Délégué Général de la FEVAD, précisait même que cette “croissance était légèrement supérieure aux attentes” !

Bien que le panier moyen par transaction soit en légère chute de 5 %, les 1,2 milliards de transactions réalisées l’année passée permettent à la fréquence d’achat d’augmenter très régulièrement de 19 %. Donnant ainsi un montant moyen annuel de dépenses de 2 200 € par consommateur, soit 1 437 € de plus qu’il y a dix ans…

Quels sont les produits phare d’achats en ligne ? Avec 63 % des répondants, l’habillement reste le principal poste de dépenses envisagé selon l’enquête menée par la FEVAD et le CSA. Viennent ensuite les produits culturels (52 %) et les activité du tourisme (47 %). Un classement somme toute assez classique et sans grande surprise. On notera cependant que les abonnements payants de musiques ou de films en ligne (Deezer, Spotify, Netflix… entre autres) sont de plus en plus plébiscités puisque 14 % et 12 % envisagent de s’y abonner en 2018.

Evidemment, les e-shoppers de l’Hexagone apprécient les 170 000 sites français. Néanmoins, ils sont quand même 6 sur 10 à avoir réalisé des achats sur Internet à l’étranger l’année passée. “Des achats réalisés auprès de marchands de l'Union européenne, mais pas uniquement. La Chine représente à elle seule les trois quarts des achats en ligne hors Union européenne. Leur motivation ? La recherche de prix plus intéressants ou d'un produit spécifique.” comme l’explique Challenges dans son article dédié au bilan 2017 du e-commerce.


Smartphone et Black Friday, les deux moteurs de 2017
L’année 2017 a été marquée par deux phénomènes importants. Tout d’abord, nous avons assisté à une ré-accélération des ventes sur smartphones et tablettes. Les Français sont de plus en plus équipés : 89 % des consommateurs possèdent un smartphone et 67 % une tablette. C’est donc tout naturellement qu’ils s'adonnent au m-commerce (+ 22 % depuis 2013). Cette tendance est plus prononcée chez les 25-34 ans (47 %), les CSP+ (39 %) et les Franciliens (39 %). Pour résumer, les ventes sur terminaux mobiles représentent désormais plus d’un tiers du volume d’affaires, soit 6 points de plus qu’en 2016.

Le second second phénomène restera le bond enregistré le 24 novembre 2017 à l’occasion du Black Friday. Par rapport à l’édition précédente, le chiffre d’affaires global de cette journée a augmenté de 69 % : un record ! La période précédent Noël a également enregistré de bons résultats avec une progression de 17,5 %, portant les deux derniers mois de l’année à 16,5 milliards d’euros selon la FEVAD.

Qu’attendre de 2018 ?

Au global la tendance de cette année s’inscrit dans celle de l’an dernier. Porté par l’augmentation du nombre de cyberacheteurs, de la fréquence d’achat et du développement de l’offre, l’e-commerce devrait poursuivre sa croissance dans les prochains mois et dépasser les 90 milliards d’euros en 2018. A ce rythme la barre des 100 milliards devrait être franchie fin 2019.” indique la FEVAD dans son communiqué de presse.

Au niveau des tendances, la livraison et l’omnicanal seront au coeur des débats. La livraison à domicile et au travail reste le mode le plus envisagé (82 %) mais la tendance à mixer les canaux Internet et magasin se fera plus présente avec le click-and-collect et l’e-réservation (29 % l’envisagent pour 2018).

En guise de conclusion, nous vous rappelons que la priorité n°1 des e-shoppers reste et restera la sécurisation des transactions (62 %). Pensez donc à vous munir d’une solution de paiement flexible qui s’adapte autant à vos besoins qu’aux attentes de vos consommateurs.

Abonnez-vous à la newsletter

Partagez l'article :